Vivapolis - Homepage

EDR

EDR

~~  Pays: Algérie

Villes : Tamanrasset-Illizi-In Salah- In Amenas-Djanet

Client : Ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement (MATE)

Partenaires domestiques : URBACO (Agence d’urbanisme de Constantine)

Partenaires français : Néant

État du projet : En cours 

Financeurs / bailleurs : Gouvernement Algérien
Schéma d’aménagement et de développement à l’horizon 2030 du Grand-Sud algérien
Le Ministère Algérien de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement (MATE), après avoir élaboré un Schéma National d’aménagement du territoire puis le Gouvernement l’ayant fait approuver par l’ANP, il a été entrepris de le décliner dans chaque partie du pays.
Le Sud en particulier est considéré comme prioritaire dans les choix d’investissements publics et de développement économique car l’objectif est d’y accueillir davantage de population et d’emplois trop concentrés au nord, sur le littoral. Le Schéma pour le Grand-Sud doit préparer les conditions en équipements, aménagements et politiques publiques permettant de répondre à cet objectif.
Les enjeux
Le Grand Sud Algérien est riche de son sous-sol (hydrocarbures et minerais) dont l’exploitation doit  créer de l’emploi local ; il bénéficie maintenant d’un transfert d’eau de In Salah à Tamanrasset dont il faut optimiser les retombées ; ses villes subissent - Tamanrasset, In Salah, In Amenas -, une forte pression démographique qu’il faut maitriser et organiser ; des surfaces agricoles, notamment dans la zone de  Bordj Omar Driss, pourraient être irriguées et valorisées, grâce à un nouveau transfert d’eau ou par pompage dans la nappe albienne ; son attractivité touristique est pénalisée par l’insécurité aux frontières et dans les grands espaces désertiques ; l’usage des TIC  et la numérisation des données s’avère particulièrement opportun dans ces grands espaces et pourrait être développé opportunément. ; l’énergie solaire pourrait être davantage utilisée dans les lieux de vie hors réseau ; l’organisation des services de santé pourrait s’appuyer sur les potentialités de la de télémédecine et les transports aériens sanitaires, l’énergie solaire répond aux besoins des sites hors réseau, les villes peuvent devenir « smart cities », etc.

Le projet et ses points forts :
 Miser sur les « villes intelligentes », la télémédecine, le téléenseignement (MOOC), la géolocalisation, l’e-administration qui permettent de compenser les handicaps de distance
 Ne pas reproduire l’habitat du nord mais retrouver une architecture saharienne et aménager des villes plus denses, économes en énergie, valorisant l’énergie solaire et l’auto-partage, …
 Création de bases de vie le long des transferts d’eau, de points d’étape des parcours sahariens, aménagements des points de passage aux frontières pour un meilleur contrôle de la circulation des personnes et des biens
 Nouveau transfert d’eau pour irriguer les surfaces agricoles de Bordj Omar Driss, solutions de pompage ailleurs, développement d’une agriculture saharienne
 Elaboration de partenariats public-privé avec les entreprises exploitant les richesses du sous-sol pour optimiser les retombées économiques locales
 Installations de chauffe-eaux solaires, de centrales photovoltaïques, voire  de centrales CSP
 Modernisation du réseau routier, amélioration des dessertes aériennes par la création d’un hub dans le sud proche de Hassid-Messaoud VN, développement de l’aviation taxi
Spécificités françaises du projet : expertise du bureau d’étude EDR susceptible de proposer les services d’entreprises spécialisées pour la mise en oeuvre des projets.
 
Aller plus loin : www.edr.fr
Contact : jrm@edr.fr