Vivapolis - Homepage

Répondre aux besoins des populations

Répondre aux besoins des populations

La ville doit être conçue, construite et gérée pour répondre aux besoins fondamentaux de tous ses habitants. Respirer, boire, se loger, avoir accès à l’énergie, être en sécurité, se nourrir et se divertir doivent être possibles de manière simple, efficace et économe en ressources naturelles.




 

Qualité de l’air, santé des populations

La ville doit offrir à ses habitants des conditions de vie qui protègent leur santé, notamment en leur permettant de vivre dans un environnement le moins pollué possible. La bonne qualité de l’air est certainement un des premiers objectifs à atteindre. Cela suppose à la fois de disposer de systèmes de surveillance et d’alerte en temps réel, de gérer le développement des activités industrielles et de la mobilité en tenant compte de cet objectif, de construire des bâtiments dont la qualité de l’air intérieur soit la meilleure possible.

Cycle de l'eau

La qualité de l’eau est également un facteur déterminant pour la santé humaine. Il faut non seulement en organiser un approvisionnement régulier et généralisé dans la ville mais aussi en assurer la qualité qui peut être dégradée par de multiples éléments.

En outre, l’eau étant une ressource précieuse, il faut en éviter le gaspillage et être capable de la récupérer et de la traiter pour la remettre à disposition pour la consommation.

Nature dans la ville. Crédit Sophie Boisteau METL/MEDDE

Maîtrise de l’énergie

L’énergie est indispensable à la vie humaine, en particulier à la vie urbaine, et sa disponibilité est un facteur déterminant de la compétitivité économique de la ville mais aussi de la qualité de vie de ses habitants. Selon ses modes de production, elle peut avoir des impacts plus ou moins sensibles, notamment sur la qualité de l’air et les émissions de gaz à effet de serre.

En fonction de la manière dont la ville est organisée, des modes de mobilité proposés et des types de construction réalisés, la consommation d’énergie peut être sensiblement réduite sans nuire pour autant au confort des populations.

Au-delà de la conception même de la ville, de ses formes et de la répartition des activités qui doivent intégrer la dimension « consommation d’énergie » dès la planification initiale, le développement des énergies renouvelables sur le territoire urbain, la récupération de l’énergie générée par le « métabolisme urbain », l’utilisation des techniques énergétiquement les plus efficaces tant en matière de mobilité que de construction, notamment grâce au développement des réseaux intelligents, permettent de conjuguer production, maîtrise, et satisfaction des besoins énergétiques.

Construction, rénovation, bâtiment

Disposer d’une offre de logements diversifiée et satisfaisante, lutter contre l’habitat précaire voire insalubre, adapter les logements au parcours de vie des populations, tels sont les besoins auxquels les villes doivent répondre.

En outre le secteur du bâtiment constitue un formidable gisement d’économies d’énergie et de réduction de gaz à effet de serre, tant par la possibilité de réduire ses consommations que par sa capacité à produire des énergies renouvelables. Ses caractéristiques constituent également un élément important pour le confort de vie des urbains, tant pour la qualité de son air intérieur que pour la réduction des nuisances sonores. Il est aussi un moyen de contribuer à la biodiversité indispensable aux équilibres écologiques grâce à des conceptions astucieuses végétalisant les toits ou les parois.

Sécurité en ville

Le sentiment de sécurité, la capacité d’aller et venir sans restriction, sont des éléments importants de la qualité de la ville. Cette préoccupation est partie intégrante de la planification, en assurant notamment la mixité sociale des quartiers pour éviter la ségrégation et la ghettoïsation des populations, mais aussi en concevant un urbanisme qui ne soit pas « criminogène » en permettant en particulier la surveillance et l’intervention des forces de sécurité.

Nature dans la ville. Crédit Arnaud Bouissou MEDDE-METL

Nature dans la ville

La nature en ville est un facteur d’aménités urbaine et un indicateur de la qualité de l’environnement. Supports de développement de la biodiversité, la végétalisation et le paysagement contribuent à la réduction des pollutions, la maîtrise du ruissellement et permettent de lutter contre l’effet des îlots de chaleur générés par le réchauffement et améliorer l’’efficacité énergétique des bâtiments. La nature en ville offre aussi aux citadins une réponse à leur demande de loisirs et d’agréments. C’est également une opportunité pour certaines familles de produire une partie de son alimentation. C’est donc un élément majeur de la qualité de vie des habitants qui passe à la fois par la création de zone vertes, mais aussi par la « diffusion de la nature » tant dans les rues que dans les constructions.

Patrimoine et loisirs

La qualité de vie des habitants dépend également de leurs possibilités de loisirs et de détente. Cela passe par la mise à disposition d’infrastructures culturelles, sportives ou de spectacles mais aussi par la capacité de développer et de mettre à disposition le patrimoine culturel et historique de la cité ainsi que ses richesses naturelles (rivières, plages, etc.). Ces éléments sont en outre source d’attractivité et d’activités économiques et touristiques.

 

Références

 Nantes 
♦ Bordeaux
 Nice