Vivapolis - Homepage

Organiser la croissance urbaine

Organiser la croissance urbaine

La ville est un système complexe, vivant, et présentant une forte inertie qui rend difficiles les changements de trajectoire. Toute action particulière a besoin de s’inscrire dans une vision globale prospective et partagée pour anticiper.

 

 



Une exigence démographique forte

La population urbaine représente plus de 50 % de la population mondiale, et devrait atteindre 60 % en 2030, soit une croissance des villes de 100 millions d’habitants par an.

Le défi est énorme. Cela équivaut à construire autant de villes dans les 30-40 ans qui viennent que depuis l’aube des civilisations ! Cette croissance urbaine devra être anticipée dans la particularité de chaque contexte géographique et culturel.

L’allongement de la durée de vie est aussi une composante majeure à intégrer dans la conception de l’espace urbain de nombreuses villes, en imaginant des modes de vie et de déplacement qui permettent à la fois l’autonomie et la coexistence harmonieuse de plusieurs générations avec des besoins à satisfaire différents.

La construction de la ville repose sur des investissements lourds avec une durée de vie longue dont l’utilité doit être maximisée. Ils doivent donc répondre non seulement aux besoins d’aujourd’hui mais aussi à ceux de demain, ce qui suppose d’anticiper les évolutions probables tant des activités que de la population et de savoir les intégrer dans la planification globale comme dans les projets urbanistiques des quartiers.

L'étendue de la ville. Crédit : Arnaud Bouissou MEDDE-METL

Un impératif de réduction des émissions de gaz à effet de serre et de la consommation des ressources naturelles

Les villes représentent aujourd’hui près de 75 % des émissions de GES mondiales, et environ 60 à 80 % de la consommation énergétique, avec un poids déterminant des transports et du bâtiment. Les marges de progrès se trouvent dans l’organisation même de la ville, sa morphologie, l’agencement des activités et des mobilités générées, mais aussi dans toutes ses composantes, notamment en matière d’efficacité énergétique des constructions, de gestion des services urbains et de production d’énergies renouvelables.

De même, l’efficacité et la parcimonie dans l’utilisation des ressources naturelles doivent être ancrées dans la vision globale du développement de la ville.

Les pistes de progrès

Construire une ville séduisante pour ses habitants, économiquement attractive et performante en matière environnementale nécessite de planifier, organiser et programmer son développement en y intégrant très en amont une vision précise des objectifs à atteindre dans ces différents domaines, et de la mettre en œuvre progressivement en y associant toutes les parties prenantes.

Planification

C’est la traduction, dans des documents stratégiques, d’une vision du développement de la ville, servant de cadre dans lequel vont s’inscrire les projets publics et privés donnant forme et vie à la ville et permettant une gestion optimale des ressources urbaines stratégiques, comme par exemple le foncier.

Cette planification urbaine est itérative et a vocation à être régulièrement revue et adaptée à l’évolution de la ville. Pour que le résultat de cette planification constitue une ville performante, attractive et où il fait bon vivre, les acteurs de cette construction doivent pouvoir partager les objectifs économiques, sociaux et environnementaux à atteindre pour mobiliser au mieux leurs propres capacités à agir.

Urbanisme et cohérence territoriale

Dans le cadre de la planification, pour chaque zone ou chaque quartier, les études urbanistiques précisent la nature des opérations à mener (programmes de logements, activités économiques, services urbains, moyens de transports, etc.) et leurs caractéristiques (indicateurs de performances en matière de consommation d’énergie, qualité de l’air ou de l’eau, délai de transport, etc.).

Elles doivent assurer à la fois la cohérence territoriale de la zone concernée mais aussi son intégration dans des territoires plus vastes, en prenant en compte la complexité des enchevêtrements entre les échelles locales, régionales et mondiales.

Rio, Brésil. Crédit Cécile Martin-Phipps ADEME

Programmation

La performance de la ville pour répondre aux besoins de ses habitants nécessite une programmation précise des différents projets à concevoir et à développer sur chaque zone, notamment pour assurer la meilleure intégration des différentes composantes (habitat, équipement, transport, services urbains) et de leurs technologies associées.

Implication des parties prenantes, dont les habitants et usagers de la ville

À toutes les étapes de la planification, des études, mais aussi de la construction des projets, la consultation et la participation des parties prenantes, notamment des habitants, doivent être organisées de manière adaptée pour faire partager le projet, s’assurer qu’il répond aux besoins, et, le cas échéant, faire les adaptations nécessaires pour une bonne appropriation par les utilisateurs.

C’est une condition indispensable d’obtention de la meilleure performance.

Qualité des espaces urbains

Une attention particulière doit être portée, quelle que soit la fonction de l’espace urbain concerné, au traitement à la qualité architecturale et paysagère des espaces urbains, facteur d’aménités et de plaisirs pour les habitants.

 

Références :

♦ Nantes
♦ Lyon 
♦ Bordeaux
♦ Marseille